La France souffre d’une fiscalité lourde et incohérente

par

La fiscalité française souffre particulièrement de désordre, de confusion ainsi que d’un manque de cohérence déplore Vincent Renoux, Avocat au cabinet Stehlin & Associés, qui s’inquiète de l’image du pays vis-à-vis des investisseurs économiques.

Des mesures fiscales successives sans cohésion

La fiscalité en France souffre terriblement de sa complexité et de son instabilité déplore Vincent Renoux, dans un récent article. Pour l’analyste, cet état de fait rend l’Hexagone de plus en plus déroutant, voire repoussant, pour les investisseurs qui se perdent dans ce dispositif fiscal de plus en plus touffu et de plus en plus inextricable.

L’ancien gouvernement de droite avait doté le monde de l’entreprise d’un impressionnant arsenal de mesures fiscales : taxe professionnelle réformée, dispositif de lutte contre la sous-capitalisation ou encore révision de la Loi Carrez, sans oublier les multiples règlementations nouvelles en matière de fiscalités patrimoniales.

Avec la nouvelle majorité de gauche, chacun s’attend à de vastes réformes fiscales, qui viendront chambouler un éventail d’impôts à peine assimilé par les contribuables. L’auteur de l’article dénonce particulièrement le manque de cohésion et de logique entre les diverses mesures et les dispositifs fiscaux qui, selon lui, se succèdent parfois sans cohérence apparente.

Des investisseurs inquiets

Outre des lois difficiles à comprendre qui s’accumulent dans le Code général des Impôts, les critiques reprochent aux lois fiscales françaises de n’avoir aucune ligne générale, une mesure s’ajoutant à une autre ou rendant caduque une précédente sans qu’on en saisisse réellement la finalité.

Désordre, confusion et lourdeur caractérisent ainsi l’impôt en France, considéré comme un outil de démagogie politique et s’éloignant de son objectif d’atteindre un nécessaire équilibre budgétaire. Cette situation rend les entrepreneurs et investisseurs de plus en plus méfiants vis-à-vis de la France, qui redoutent non seulement le coût fiscal élevé, mais aussi une administration de plus en plus lourde et onéreuse. Les grandes entreprises évitent ainsi de siéger dans l’Hexagone, préférant d’autres destinations tel le Luxembourg.

L’instabilité fiscale de la France, la confusion et le désordre nés des déclarations politiques contradictoires, voire inquiétantes pour l’investissement et l’entrepreneuriat, a placé le pays progressivement dans la liste rouge des grandes holdings internationales. Pour Vincent Renoux, les législateurs français semblent avoir oublié le sens même de l’imposition et manquent totalement de créativité dans la mise en place d’une fiscalité attrayante et efficace.

Articles similaires

Tags

Partagez

Déposer un commentaire

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire.